Lauréat du Prix Donald O. Hebb 2021 Pour Contribution Exceptionnelle: Dr. Robert Sutherland

Rob Sutherland est titulaire d’une chaire de recherche du Conseil des gouverneurs, professeur et directeur du département des neurosciences et du Canadian Centre for Behavioural Neuroscience. Il a obtenu son B.Sc. à l’Université de Toronto et sa maîtrise et son doctorat en psychologie à l’Université Dalhousie. Une grande partie de ses travaux porte sur la neurobiologie de la cognition, en particulier sur les processus neuronaux impliqués dans la mémoire normale et pathologique.

M. Sutherland a commencé à étudier les neurosciences alors que ce domaine commençait à être reconnu et il l’a vu se développer au fil des années. Dans les années 1970, lorsqu’il a commencé ses études universitaires, les cours de neurosciences étaient généralement dispensés dans les départements de psychologie. Les choses ont changé avec la création d’une société internationale et les neurosciences ont évolué au point de compter aujourd’hui de nombreuses branches, dont les neurosciences cognitives, comportementales et computationnelles.

Après avoir obtenu son doctorat à l’Université Dalhousie à Halifax, M. Sutherland s’est joint à l’Université de Lethbridge grâce à une bourse post-doctorale du CRSNG et a reçu une formation en neuropsychologie avec les Drs Bryan Kolb et Ian Whishaw. Il s’est principalement attaché à mettre au point de meilleurs moyens de mesurer la mémoire chez les animaux non humains. Il a mis au point des méthodes qui sont maintenant utilisées par les entreprises pharmaceutiques et les laboratoires du monde entier. Sutherland a ensuite intégré le département de psychologie en tant que membre de la faculté et a gravi les échelons jusqu’à être nommé professeur en 1991.

Désireux d’élargir ses compétences et de travailler avec des étudiants de tous les niveaux, M. Sutherland a ensuite accepté un poste au département de psychologie de l’Université du Nouveau-Mexique, avant d’être nommé à l’école de médecine dans les départements de physiologie et de neurosciences. C’est ainsi qu’il a pu travailler avec des étudiants, du niveau licence au niveau doctorat, ainsi qu’avec des boursiers post-doctoraux, et qu’il a reçu plusieurs subventions des NIH pour ses recherches sur la mémoire. Au cours de ces années, il a élaboré une théorie de la mémoire à long terme qui a eu un impact sur le domaine et a commencé à se concentrer sur la compréhension du rôle de l’hippocampe dans la mémoire à long terme. Alors que les scientifiques pensaient généralement qu’il n’était que très peu sollicité lors du stockage de nouveaux souvenirs, les travaux de Sutherland ont montré que l’hippocampe continue à être sollicité lors de leur rappel. Il a également commencé à transposer à l’homme des tâches de mémoire spatiale dans un environnement informatisé, montrant que l’hippocampe humain était essentiel à la navigation spatiale virtuelle. Il a continué à étudier la mémoire normale et pathologique avec des participants humains et non humains.

Il est retourné à l’Université de Los Angeles en tant que chercheur de l’Alberta Heritage Foundation for Medical Research lorsque le CCBN a ouvert ses portes en 2001 et que l’Université de Los Angeles est devenue le premier département de neurosciences au Canada à offrir des diplômes aux niveaux du baccalauréat, de la maîtrise et du doctorat.

Sutherland a été président de la SCSCCC, président de la Confederation of Alberta Faculty Associations, représentant nord-américain au Symposium international de neuropsychologie, et a également été membre et président de nombreux comités de sélection de subventions aux IRSC, au CRSNG, à la DFG et aux NIH. Il a été élu membre de l’Académie des sciences de la Société royale du Canada en 2021.

Dernièrement, M. Sutherland a concentré une grande partie de ses efforts de recherche sur des modèles de souris transgéniques de la maladie d’Alzheimer, en se concentrant sur les processus de propagation de l’amyloïde et de la protéine tau pathologique à partir de sites ensemencés dans le cerveau.

En plus de ses recherches sur la maladie d’Alzheimer, M. Sutherland poursuit ses travaux visant à comprendre exactement ce que représente l’hippocampe et le rôle qu’il joue dans les processus de mémorisation. Ses recherches portent sur la nature de la représentation de la mémoire qui engage nécessairement l’hippocampe et sur la façon dont l’activité hippocampique contribue au stockage des connaissances dans le reste du cortex cérébral.

M. Sutherland reconnaît la chance qu’il a eue de travailler avec un groupe extraordinaire d’étudiants de premier cycle, d’étudiants des cycles supérieurs, de boursiers post-doctoraux et de collègues du corps enseignant qui ont apporté une contribution essentielle à ces travaux.